Pages Menu
English
Français
Rss
Categories Menu

Posted on Dec 6, 2023 in Actualités, Conseils Santé

mélatonine pour mieux dormir

Mélatonine végétale contre la dépression saisonnière, la fibromyalgie et les troubles du sommeil.

La mélatonine végétale extraite du millepertuis pour aider la glande pinéale.

La glande pinéale, l’une des principales glandes endocrines, joue un rôle essentiel dans les rythmes biologiques, le moral, la prévention du cancer et du diabète, et dans la longévité. Son hormone principale, la mélatonine, a fait l’objet de nombreuses recherches depuis quelques années.

La fonction la plus importante de la mélatonine, c’est son action favorable au sommeil. Elle synchronise aussi toutes nos fonctions physiologiques et nos rythmes biologiques, en interaction avec les glandes endocrines et le système nerveux sympathique. De récentes études ont montré que cette hormone est aussi synthétisée dans la peau, le tube digestif et les lymphocytes. Elle est également présente dans les végétaux, comme par exemple le millepertuis.

Chez les mammifères et chez l’homme, la synthèse de mélatonine dans la glande pinéaleet sa sécrétion sont liées à la lumière. Elle est en effet produite sous l’effet de la lumière. Ainsi elle peut être stockée tout au long de la journée sous l’effet du rayonnement solaire. Puis quand la lumière décroit et que le soir tombe, la glande peut débuter sa sécrétion. C’est grâce à ce phénomène que la quantité de mélatonine est suffisante pour une bonne utilisation pendant la phase d’obscurité nocturne.

Cette hormone assure de multiples fonctions :
Elle permet une bonne récupération pendant le sommeil et réguleraitle phénomène de vieillissement. De nombreuses études ont montré qu’elle est utile pour éviter la dépression, l’insomnie, le diabète, l’obésité, l’alopécie, la migraine, les troubles immunitaires, les maladies cardiaques et le cancer (1a).  Une étude a par exemple révélé que la baisse de la mélatonine multiplie par 4 le risque de cancer de la prostate (1b). La baisse de la mélatonine circulante est retrouvée dans de nombreux troubles psychiatriques, ainsi que dans les maladies neurodégénératives et systémiques. Ainsi on recommande de prendre de la mélatonine dans de nombreuses maladies, notamment les troubles bipolaires, la dépression et la fibromyalgie, et plus récemment dans la maladie d’Alzheimer (2a).

Chez la femme elle participe à la régulation de la sécrétion de la progestérone :

la mélatonine agit en effet sur les ovaires. Elle exerce d’ailleurs un rôle bien connu dans la synchronisation des fluctuations saisonnières de la reproduction. Mais comme l’a montré aussi une étude plus récente chez l’animal, toute perturbation de la pinéale diminue la croissance ovarienne du corps jaune et entraîne une baisse de la progestérone (2b).  Dans la maladie des ovaires polykystiques, il existe un surpoids, de l’acné, parfois de l’hirsutisme. Ces troubles sont améliorés par la mélatonine, qui fait baisser le nombre des kystes et diminue le surpoids (2c). Une autre étude a également montré que la mélatonine, non seulement restaure l’équilibre ovarien, mais que parallèlement elle améliore l’immunité et la fonction des lymphatiques (2d). On pourrait donc conseiller des cures régulières de mélatonine dans l’acné, surtout lorsque celui-ci est associé à un manque de sommeil.

Comme toutes les hormones, sa synthèse et sa sécrétion subissent un feed back négatif (une contre-réaction freinatrice, qui diminue sa synthèse et sa sécrétion lorsque son taux circulant est adéquat). Ceci pose le problème de la prise de la mélatonine de synthèse : car comme c’est le cas pour d’autres hormones substitutives, cela peut certainement provoquer une baisse de la capacité de l’organisme à produire sa propre mélatonine naturelle à partir de la sérotonine. La mélatonine naturelle telle que celle extraite du millepertuis, ou encore la prise directe de millepertuis, ne semblent pas en revanche entraîner d’accoutumance. Mais là également, c’est vrai à la condition de ne prendre cette mélatonine naturelle que lors de périodes de troubles du sommeil (liés par exemple aux changements d’heure ou au décalage horaire dans les voyages intercontinentaux, ou avant les règles en cas de carence en progestérone). Le fait de travailler tard la nuit devant un écran d’ordinateur peut aussi perturber la sécrétion de mélatonine par la pinéale car la lumière bleu peut la réduire.

Dans tous les cas il faudrait stimuler sa production en donnant à l’organisme les bonnes conditions pour fabriquer lui-même suffisamment de mélatonine. Et pour cela il y a deux conditions essentielles :


/*Une bonne exposition au soleil : car c’est pendant l’exposition du corps à la lumière solaire que la peau et la pinéale synthétisent la mélatonine qui sera utilisée dans la phase nocturne. Cependant, il faut se méfier de l’exposition trop longue à la lumière, comme cela se voit lors de veilles prolongées ou devant un écran d’ordinateur. Des recherches ont en effet montré que la sécrétion de la mélatonine peut être freinée par une exposition continuelle à la lumière. L’animal que l’on expose à la lumière 24 heures sur 24, finit par développer de l’hypertension en raison du blocage de la sécrétion de l’hormone (3). Dans la vraie dépression, on a aussi noté une hypersensibilité de l’œil à la lumière qui va, pour une moindre intensité lumineuse, bloquer la sécrétion de la mélatonine. Donc un peu de soleil va aider à la synthétiser, alors que trop de lumière ou de veille prolongée feront qu’elle n’est plus suffisamment sécrétée et utilisée par l’organisme.


/*Des plantes et aliments riches en ingrédients indispensables à sa synthèse. La mélatonine est synthétisée à partir de la sérotonine, laquelle a besoin pour cela de 5 Hydroxy Tryptophane. Pour augmenter la mélatonine on peut donc prendre :

Soit des plantes qui contiennent déjà de la sérotonine et même de la mélatonine, comme c’est le cas du millepertuis. On a en effet découvert que les fleurs de millepertuis, tout comme notre cerveau, contiennent à la fois de la mélatonine et de la sérotonine (4).

Soit des plantes riches en 5 HTP comme par exemple le griffonia. Parce qu’elle est riche en tryptophane (5 Hydroxy Tryptophane – 5HTP) cette plante peut favoriser la synthèse de la sérotonine et par conséquent de la mélatonine.

Une étude récente a comparé les valeurs de tryptophane chez les personnes souffrant de dépression, de somatisation, et de dépression associée à de la somatisation, par rapport à des sujets témoins. La somatisation et la dépression avec somatisation sont associées à une dégradation accrue du tryptophane plasmatique. Cette réduction est associée à une augmentation des douleurs, à une excitation du système nerveux autonome, qui peut provoquer des dysfonctionnements cardiaques, une hypermotilité intestinale et l’apparition de lésions des nerfs périphériques. Un certain nombre de symptômes qui font penser également à la fibromyalgie. Les auteurs recommandent dans le cas de somatisation la prise de millepertuis (5).

Exemples de compléments alimentaires utiles pour suppléer au déficit de mélatonine :

OEMINE MÉLATONINE VÉGÉTALE EXTRAITE DE MILLEPERTUIS : 1 à 2 gélules au coucher 20 jours.

Les limites de la mélatonine

Au-delà de 2 mg par jour la mélatonine peut être considérée comme un médicament. Il s’agit alors de la mélatonine de synthèse. Comme pour les autres hormones, elle peut provoquer une baisse de la synthèse naturelle. C’est pourquoi elle ne doit pas être utilisée trop longtemps afin d’éviter une dépendance.

Il vaut mieux lui préférer la forme végétale de mélatonine naturelle à des doses moindres. On peut par exemple commencer par des doses de 0.8 mg et augmenter jusqu’à 1,9 mg si besoin, puis réduire pour revenir à la dose minimale efficace de 0,8 mg. Dans tous les cas la cure de mélatonine doit être de courte durée et d’usages ponctuels.

Enfin, la mélatonine est déconseillée chez les  femmes enceintes et allaitantes, les enfants et les adolescents, et chez les personnes souffrant de maladies inflammatoires, auto-immunes, d’épilepsie, d’asthme, de troubles de l’humeur, du comportement ou de la personnalité, ainsi que chez les personnes suivant un traitement médicamenteux. La consommation est également déconseillée pour les personnes devant réaliser une activité nécessitant une vigilance soutenue, et chez lesquelles une somnolence pourrait poser un problème de sécurité.