Pages Menu
English
Français
Rss
Categories Menu

Publié le janv. 10, 2015 dans Maladies

Perte d’audition

 

Que faire pour prévenir la perte d’audition ?

Nous devons notre audition à des cellules porteuses d’un cil (dite ciliées) situées dans la cochlée de l’oreille – un organe en forme de colimaçon. C’est le mouvement des cils par pression de l’air dans la cochlée qui est responsable de la transmission des signaux sonores au cerveau. Or, plus nous avançons en âge, plus nous perdons de cellules ciliées et ceci est irréversible. Ainsi à partir de la soixantaine près d’une personne sur 2 a un début de surdité. A côté de la surdité liée à l’âge, il existe aujourd’hui de plus en plus de surdités liées à des traumatismes acoustiques brutaux. Lors de concerts de rock par exemple où les volumes sonores sont exagérés. Certains appareils notamment les baladeurs mal réglés et utilisés trop longtemps finissent également par dégrader l’audition. Certains cas de surdités peuvent aussi être liés soit à des virus, et elles peuvent être réversibles, soit à une maladie qui se révèle de plus en plus fréquente : la borréliose ou maladie de Lyme avec atteinte neurologique. Enfin certains médicaments peuvent entrainer des lésions irréversibles. Ainsi l’ensemble des antibiotiques dont le nom de la molécule se termine par « mycine » tel la streptomycine, la gentamycine..etc. Les anti-inflammatoires à des doses trop fortes comme l’aspirine ou l’ibuprofène, les antipaludéens de la variété des quinines, les antiacides gastriques comme l’oméprazole peuvent aussi perturber l’audition tout comme les anticancéreux comme le cisplatine. Cette liste n’est pas exhaustive et il est bon de consulter son médecin si lors de la prise au long court de ces médicaments, des troubles d’audition apparaissent. Dans le même ordre d’idée on peut citer diverses molécules pétrochimiques capables d’induire de la surdité : notamment l’éthylbenzène qui sert à fabriquer le polystyrène, le toluène et les solvants aromatiques présents dans certaines peintures et encres, le xylène des vernis, qui une fois inhalé empoisonne progressivement les cellules ciliées très fragiles. Enfin les pesticides sont également incriminés ainsi que les phtalates qui ont été récemment retrouvés en quantité dans les urines des personnes qui avaient tendance à avoir une baisse précoce d’audition (ces substances sont présentes dans les capsules des médicaments gastro résistants). En général la personne qui commence à mal entendre ne s’en aperçoit pas elle-même. Souvent on le lui fait remarquer : le fait de hausser le volume de la télévision, de faire répéter, de ne pas bien entendre ce que disent les gens dans une ambiance sonore élevée, ou d’avoir l’impression que les personnes parlent trop doucement ou qu’elles sont trop éloignées pour qu’on les entende. Tout cela mérite de faire un audiogramme pour vérifier son audition. Avant d’en venir au sujet de la prévention, il faut signaler la perte d’audition unilatérale (par exemple on est obligé de changer le téléphone d’oreille). Celle-ci nécessite de consulter car il faut alors éliminer une cause neurologique, notamment une tumeur (neurinome du nerf acoustique) dont la fréquence augmente avec les portables.

Que peut-on faire pour retarder la surdité liée à l’âge ?

Si on ne peut pas stopper les effets de l’âge, par contre on peut ralentir le vieillissement de l’oreille tout simplement en veillant à ne pas être carencé en vitamines anti-oxydantes (à conditions qu’elles soient naturelles).Des études récentes ont permis de se rendre compte des relations existant entre l’alimentation et l’audition. On a comparé les valeurs nutritionnelles alimentaires tandis qu’on mesurait leur audition des participants à ces études. Un bon apport de vitamine A (bétacarotème) et C et de magnésium a été corrélé à une meilleure audition dans les graves. Des études épidémiologiques ont établi qu’il existe aussi un lien entre un taux élevé d’homocystéine et la perte auditive ; tout ce qui lutte contre ce déchet métabolique irritant peut ainsi prévenir la surdité précoce. C’est le cas de la bétaine et des vitamines B qui peuvent ainsi participer à la prévention de la perte d’audition liée à l’âge. Car ces substances font chuter l’homocystéine. Sur le plan nutritionnel il est donc important de privilégier les aliments riches en vitamines A, C, B et magnésium . Deux plantes ont aussi fait l’objet d’études pour leur action sur l’audition : le ginseng et le ginkgo. Le Ginkgo biloba est une plante très utile pour prévenir à la fois la surdité et les troubles associés comme les acouphènes. Une étude publiée en 2002, avait ainsi montré l’efficacité du ginkgo pour réduire les acouphènes. Chez l’homme le Gingko est même recommandé pour la surdité brusque. Avec une efficacité supérieure à la Pentoxifylline (un vasodilatateur utilisé dans les ischémies aigües) Le ginseng aurait également un effet protecteur contre les lésions induites par la gentamycine. C’est ce qu’a montré une étude chez l’animal. De même le ginseng, comme le ginkgo protègent des effets néfastes du cisplatine (un anticancéreux).

Pages: 1 2

shared on wplocker.com