Pages Menu
English
Français
Rss
Categories Menu

Publié le juil. 24, 2015 dans Maladies

Perte de mémoire

Perte de mémoire ? Alzheimer ?

Bien souvent on assimile le défaut d’attention à des pertes de mémoire. Il faut en fait différencier ce qui est de la mémoire et ce qui est de l’attention. Si vous ne vous rappelez pas où vous avez posé vos clefs, c’est plus parce que vous n’avez pas fixé votre attention sur l’endroit où vous les avez mises ; il ne s’agit pas là de perte de mémoire, et cela ne préfigure pas la maladie d’Alzheimer mais tout simplement un manque d’attention et de la distraction.
Là où il faut par contre commencer à s’inquiéter, c’est lorsqu’on n’arrive plus à se rappeler des évènements récents, ou que l’on ne fixe pas les évènements récents dans la mémoire. Ou plus encore, si la semaine ou le mois qui précède est complètement tombé dans l’oubli. De même, si vous faites répéter les questions qu’on vient de vous poser sans pour autant être sourd. Cela peut effectivement correspondre aux premiers signes de la maladie d’Alzheimer et nécessite de consulter un neurologue spécialiste de ce sujet.
En dehors de cela, la mémoire plus ancienne est généralement sujette à des variations. Celles-ci ne sont pas pathologiques. Elles sont liées au fait que le stockage des évènements et des impressions mémorisées se fait parfois aux dépens des choses moins importantes gardées en mémoire. La mémoire est un phénomène complexe qui mobilise aussi les émotions ; et le stress peut aussi la perturber. Comme le disent les étudiants, j’ai perdu « tous mes moyens ». Et sous l’effet du stress le cerveau ne mobilise pas sa mémoire. Comme celle-ci fonctionne par association d’idées, un manque de concentration contrarie le processus de rappel des idées mémorisées.
Que peut-on faire pour avoir une meilleure mémoire ?
Tout d’abord augmenter ses capacités d’attention et de concentration : une bonne méthode, c’est la méditation. Elle oblige à se concentrer en soi-même, permet en effet de centrer son attention, de la renforcer, et de ce fait d’être plus à l’écoute de soi et des autres. C’est donc un entraînement de l’attention et de la mémoire.
Pour conserver une bonne mémoire, il est bon également de ne pas être carencé. Le cerveau a en effet besoin d’énergie et d’antioxydants. Il trouve son énergie dans les phospholipides. On peut conseiller par exemple la prise associée de 2 compléments alimentaires : Oemine Krill 1 cp le matin, et Oemine Mer Fort 2 cp le soir.
Oemine Krill contient un antioxydant puissant qui augmente la plasticité cérébrale, le volume cérébral ; il favorise le maintient les jonctions entre les cellules, et diminue les risques d’oxydations et de dégénérescence.
Oemine Mer Fort apporte un concentré de phospholipides marins : notamment la phosphatidylcholine riche en oméga-3 (un composé qui renferme à la fois du phosphore, des Oméga-3 DHA et de la choline) : c’est uniquement sous forme de phospholipides que les oméga-3 et la choline peuvent pénétrer le cerveau pour le nourrir. 30 % du cerveau est ainsi constitué de ce type de phospholipides. Des études scientifiques ont ainsi pu montrer qu’un régime apportant de la choline augmente les capacités de mémoire : augmentation à la fois de la mémoire verbale, de la mémoire visuelle, de l’apprentissage verbal et de la fonction exécutive. Les auteurs ont également montré que cela limite la sclérose cérébrale (le rapetissement du cerveau qui est l’une des causes de pertes de mémoire à long terme).
Parmi les autres compléments utiles en cas de diminution de la mémoire, il y a également le fer, le magnésium, les vitamines B : l’un des signes de carence étant les pertes de mémoire. Les vitamines B et le magnésium servent aussi au processus de mémoire, tout comme ils interviennent également dans les diverses autres fonctions du système nerveux.

huile de krill naturelle pour la mémoire

OemineKrill-bando (2)

shared on wplocker.com