Pages Menu
English
Français
Rss
Categories Menu

Publié le déc. 21, 2019 dans Actualités

La lumiere bleue artificielle

La lumière bleue artificielle

La lumière bleue artificielle (des LED et écrans)
est sans doute dangereuse pour l’oeil et la rétine.
Comment s’en protéger ?

L’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a mis en garde à plusieurs reprises contre le risque lié aux lumières bleues artificielles ; une longueur d’onde de lumière proche de celle des UV, qui est capable de léser la rétine. Cette lumière peut, comme les UV solaires, contribuer à la dégénérescence  rétinienne, entraîner une cataracte précoce et favoriser la sécheresse oculaire. Les spécialistes interrogés par l’ANSES parlent même d’une toxicité liée au pic de lumière bleue de certaines diodes (lampes LED que l’on trouve aujourd’hui un peu partout). Une étude générale parue dans la revue française d’ophtalmologie a aussi révélé les risques pour les utilisateurs de portables : même si le danger immédiat lié à la lumière bleue qui pourrait être émise par les écrans est faible  lors d’expositions courtes et à une distance suffisante ; elle est par contre  importante pour des expositions prolongées à courte distance.

Le risque lié à l’exposition aux LED de lumière bleue est aussi confirmé par une étude réalisée chez le rat par l’Inserm (Centre de recherche des Cordeliers université Paris-Descartes) : la lumière bleue des LED induirait un stress toxique dans la rétine. Des rats ont été exposés pendant un mois à des LED ; les chercheurs ont créé des conditions d’éclairage proches de celles de l’habitat humain. Après douze heures par jour, d’un éclairage par des LED de 500 lux, leur rétine présentait des signes de stress oxydatif. Ils ont comparé cela avec une exposition dans des conditions identiques avec des lampes fluo ; ces dernières  ne provoquaient pas de problème particulier : ils ont donc montré que c’est bien la lumière bleu intense des LED qui provoque un stress oxydatif ; mais aussi que cela se complique par une mort cellulaire prématurée qui, par l’inflammation qu’elle engendre, se propage de proche en proche aux cellules voisines….

voir la suite de l’article dans la revue phybiosphère :

Différence entre la lumière bleue naturelle et artificielle
La lumière des écrans est–elle dangereuse ?
L’aggravation des risques liés à des carences en antioxydants spécifiques
phybio

 

 

shared on wplocker.com